J’ai peur quand la nuit sombre
ERd’O cie

théâtre pour sous-bois

  • Lourde Vendredi 30 août à 21h00

    au centre du village, suivre les flèches jaunes

    entrée 12 € et 5 € / tous publics à partir de 12 ans / durée : 1h10 par séance

  • Lourde Vendredi 30 août à 22h00

    au centre du village, suivre les flèches jaunes

    entrée 12 € et 5 € / tous publics à partir de 12 ans / durée : 1h10 par séance

Tout le monde connait l’histoire du Petit Chaperon Rouge rendant visite à sa mère-grand… mais ici, ne vous attendez pas à la version de Perrault ou celle de Grimm… l’équipe d’ERd’O cie plonge au coeur du conte et nous en livre une toute nouvelle interprétation autour de trois générations de femmes… et un loup !
À la nuit tombante, rendez-vous dans un sous-bois, à l’intérieur d’un dispositif original, théâtral, sonore et plastique, à explorer. Invasion écarlate de la forêt, la création J’ai peur quand la nuit sombre est construite comme un jeu de piste en libre circulation, de la maison de la mère à celle de la grand-mère, et dont le fil rouge (!) serait la quête d’identité de ce petit chaperon…
Edith Amsellem, metteuse en scène, s’éloigne ici des versions édulcorées du conte, celles que l’on connait, pour mettre à jour celles issues des traditions orales qui invitent les jeunes filles à plus d’audace et de liberté !
Après avoir parcouru les différentes installations, vous ne chantonnerez plus la comptine enfantine de la même manière… « Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il… », à vous d’inventer la suite !

spectacle accueilli avec l’aide de l’ONDA – Office national de diffusion artistique

ERd’O cie

« Depuis 2011, avec mon désir de théâtre dans des lieux »non dédiés« , je mets en scène des spectacles au sein de la compagnie ERd’O. Que ce soit avec »Les Liaisons dangereuses sur terrain multisports« (2012), »Yvonne, princesse de Bourgogne sur château-toboggan« (2015) ou »J’ai peur quand la nuit sombre" (2018), je cherche à mettre en perspective des œuvres, romanesques ou théâtrales, avec des espaces particuliers, pouvant révéler ces œuvres en les faisant vibrer dans la réalité du monde d’aujourd’hui.
Les écrins que je choisis pour raconter des histoires révèlent des images mentales communes à tous, mais en suggèrent aussi d’autres, plus intimes, plus enfouies.
Et avec « J’ai peur quand la nuit sombre » d’après des versions méconnues du Chaperon rouge issues de la tradition orale, j’ai investi les parcs et les jardins publics à la tombée de la nuit, pour hurler à la lune nos cauchemars les plus obscurs.
La question de l’obscénité de la classe dominante, dans son cynisme décomplexé vis-à-vis des valeurs morales et celle de la femme dans la société contemporaine, drainant préjugés et clichés dévalorisants, sont les préoccupations centrales de mes spectacles."
Edith Amsellem
> http://enrangdoignons.com/ERDO_cie.html