Retiradas, histoires d’exils
Emilie Mousset et Delphine Lancelle

portraits sonores et plastiques

  • Miramont de Comminges Jeudi 6 juillet à 21h30

    rendez-vous devant la mairie

    gratuit (réservations obligatoires) / tous publics / durée : 1h30 environ

  • Miramont de Comminges Vendredi 7 juillet à 21h30

    rendez-vous devant la mairie

    gratuit (réservations obligatoires) / tous publics / durée : 1h30 environ

  • Miramont de Comminges Samedi 8 juillet à 21h30

    rendez-vous devant la mairie

    gratuit (réservations obligatoires) / tous publics / durée : 1h30 environ

  • Miramont de Comminges Dimanche 9 juillet à 21h30

    rendez-vous devant la mairie

    gratuit (réservations obligatoires) / tous publics / durée : 1h30 environ

Emilie Mousset (musicienne-créatrice sonore) et Delphine Lancelle (plasticienne-photographe) ont travaillé pendant deux ans autour de la Retirada, exode des Républicains espagnols fuyant le franquisme en février 1939. Pour clôturer cette résidence dans le Comminges, elles ont imaginé une soirée d’été, sonore et plastique, pour parler d’hier… mais aussi d’aujourd’hui.

En lien étroit avec l’association Memoria y exilio, elles ont rencontré à plusieurs reprises des familles de Républicains espagnols installés ici, entre Saint Gaudens et Luchon. Ces personnes ont vécu la Retirada, grandi avec les histoires ou silences familiaux, se sont passionnées d’Histoire ou s’engagent aujourd’hui de manière militante… Peu importe la génération à laquelle elles appartiennent, la question de la lutte, elles la portent intimement en elles. C’est tout ça (et bien plus encore…) qu’Émilie et Delphine, avec leur micro discret et leur sténopé (système photographique qui reprend le principe de la camera oscura), ont recueilli, avec beaucoup d’intelligence, de sensibilité et de respect. Les deux artistes vous invitent donc à suivre leurs traversées, leurs parcours de vie, écouter leurs mémoires et leurs rires, découvrir leurs visages, leurs regards, mais aussi à entendre l’Histoire… dans ce village, Miramont de Comminges, qui a accueilli un grand nombre de ces réfugiés politiques et leurs familles.

Emilie Mousset et Delphine Lancelle

Preneuse de son et créatrice sonore, Emilie Mousset a fait des études de lettres et de dramaturgie à Poitiers et à Madrid, avant d’obtenir un DEA en sociologie de l’art en 2000. Elle se passionne pour les rapports possibles entre écriture sonore et textuelle, et se forme à la prise de son et à l’écriture sonore avec Kaye Mortley, puis avec Daniel Deshays, avec qui elle approfondit les liens entre le son et le spectacle vivant. Son travail associe une écriture radiophonique et musicale à des dispositifs de diffusion qui privilégient l’écoute dans des contextes particuliers (parcours dans des paysages, concerts de pièces acousmatiques, installations dans l’espace public). Ses pièces sonores sont diffusées lors de festivals, dans des théâtres, des lieux d’exposition, dans des jardins ou dans la rue.
http://emiliemousset.net/

Plasticienne, scénographe, constructrice de décors, Delphine Lancelle se forme aux arts appliqués et à la sculpture (matériaux de synthèse, puis métal) à Olivier de Serres, à Paris. Elle crée une compagnie de marionnettes de rue Barbak’valse, puis c’est aux cotés d’autres groupes de théâtres, principalement de rue, qu’elle partage créations et tournées... Expositions de sculptures animées, décors et mécanismes de cinéma, chars de festivals, scénographie d’expo et festivals parcourent son chemin créatif. En 2005, elle crée le spectacle L’œil en boite à partir d’appareils photos de sa fabrication. Installée à Toulouse depuis 2007, elle croise et recroise les routes des compagnies les Cubiténistes, Pierre Rigal, Cie 111, le Groupe Merci, le Poisson soluble, Tabula rasa, Le Phun, Royal de luxe...