irruption n°2 / J’ai vu Louisa

J’ai vu Louisa, et peut-être que vous aussi, si vous étiez à Aurignac entre le 31 mai et le 4 juin, et à L’Isle en Dodon entre le 7 et le 11 juin !

Louisa, une vieille dame de 82 ans, a vécu le quotidien de ces deux villages, accompagnée par Julie Fache, sa marionnettiste… ou bien était-ce sa petite fille… ou son auxiliaire de vie… on n’est pas encore très sûrs !
Et pour cause, cette marionnette réaliste à taille humaine semblait bien vivante. En la voyant tous les matins acheter son magazine, boire son café en terrasse ou acheter ses fleurs au marché, on pouvait s’y méprendre.
Et même lorsqu’on savait, un doute persistait. En l’observant partager des fraises et des étreintes avec les résidents de l’EHPAD à l’Isle en Dodon et de la MARPA à Aurignac, on avait une hésitation, tant l’instant était plein d’une douce et généreuse humanité…. De même en la voyant recevoir des histoires de famille et des cours de tricot par les enfants de l’école (!)…

Bref, quiconque l’a rencontrée retiendra d’elle le souvenir d’une personne âgée plutôt que d’une marionnette... comme le racontent ces paroles recueillies sur son passage…

"On nous a offert un moment de tendresse. Je vous assure que ça fait très plaisir. Ici, on est trop seuls. Elle a réussi à réveiller en nous la tendresse qu’on a et qu’on ne peut plus donner."
Nicole, habitante de la maison de retraite

"Elle est attendrissante, quand elle est là ça va mieux."
Tiago, élève à l’école primaire

"Louisa, ma copine, elle me manque.
Le dernier jour, au marché, c’était impressionnant ! La charcutière était bluffée, elle ne nous servait plus, elle restait bouche ouverte, le regard posé sur Louisa. Je suis allé lui faire la bise, alors après c’est moi qu’elle regardait bizarrement !
"
Pascal, habitant du centre-village de l’Isle-en-Dodon

"La première rencontre peut être dérangeante, alors que si on la revoit on est plus à l’aise, donc on peut lui raconter des choses. Ça a créé du lien entre les gens, c’était un « projet rencontre ». "
Bénédicte, de la bibliothèque de l’Isle-en-Dodon

Cette proposition artistique de Julie Fache a fait irruption pendant sa formation à la FAI-AR, suite à ses rencontres avec des personnes âgées dans les rues de Nantes et Marseille. Leurs présences quotidiennes et solitaires dans les villes ont fait naître en elle le désir d’interroger poétiquement la place, le temps et l’attention accordées aux personnes âgées dans notre société. Pour cela, elle a fait le choix de cette forme artistique qui n’est pas un « spectacle » mais un surgissement dans le quotidien des habitants, une manière d’aller à leur rencontre.
Si vous voulez en savoir plus, retrouvez notre interview de Julie et Louisa, aux pages 34 et 35 de notre journal n°12, en cliquant juste en-dessous !

pdf – 58.1 ko